Vocalités Vivantes

Une caravane d’artistes, de formateurs, de musiciens et d’organisateurs est arrivée en Clare de Québec pour nous amener un projet collaboratif extraordinaire. Leur mission était simple : travailler pour réunir le français et le monde qui le parle avec la poésie. Une de nos poètes locales, Georgette LeBlanc, a « traduit » leur poème dans notre dialecte acadien, par changer des mots pour que son texte reflète notre français. Le poème en question se nomme Le Vivant et il était écrit par Carl Lacharité dans le français du Québec.

Georgette

Georgette LeBlanc, parle de son texte adapté du Vivant. Crédit: Vocalités vivantes Fcaebook

Les gens de Vocalités Vivantes nous ont aussi donné la chance de faire un atelier de Twittérature. Pendant cet atelier, Jean-Yves Fréchette, un formateur de Vocalités Vivantes, nous a présenté un petit univers animé de grandes ambitions. Petit parce que les textes sont seulement 140 mots et grand parce que nos idées ont pu être diffusées dans un instant à travers du réseau internet. C’est un nouveau type de jeu littéraire inspiré par les médias sociaux. Pendant l’atelier, on a pu écrire des tweets basés sur des thèmes avec des contraintes (ex. : la mer, mot qui commence avec la lettre m) et les publier sur le Twitter du projet.

twittérature

Atelier de Twittérature, gérer par Jean-Yves Fréchette. Crédit: Vocalités vivantes Facebook

Après ils ont exploré le reste de notre communauté et ailleurs (Pubnico et Grand Pré) pour trouver des gens pour lire le poème de Georgette LeBlanc. Avec les vidéos des gens lisant le poème, ils ont créé un documentaire de sorte. Le spectacle produit de ce travail était un mélange de poésie, vidéo et art sonore. C’est un projet fait en collaboration entre les poètes et les citoyens de notre communauté et Vocalités vivantes (Rhizome). Le but de projet est de découvrir et rassembler les sentiments que la francophonie a envers leurs langues. C’était une soirée de créativité et fierté pour sa communauté locale et globale !

 

 

 

Des retrouvailles espérées depuis 400 ans

Après plus de 400 ans les peuples des Acadiens et Mi’kmaqs sont venus ensemble pour un rassemblement de culture longtemps séparé. Ça eut lieu à Grand Pré, les terres ancestrales des Acadiens, un geste d’amitié pendant le 150ième anniversaire du Canada.  Tu peux imaginer que c’était une fin de semaine inoubliable, avec  4 jours (de jeudi à dimanche) de festivités et de rencontres.

P1050606.JPG

Les teepees dans le champ sont allumés pour la nuit! Quelle magie…

Il y avait un marché rempli de marchands acadiens et Mi’kmaq, créant une diversité formidable de produits. À chaque heure il y avait un nouveau groupe de musique qui jouait et la variété de musique était grande. De hip-hop, à folk, de Northern Cree à Suroit, il y avait un peu de tout. Les visiteurs ont pu apprendre l’histoire des Acadiens dans le centre interprétatif (qui y comprend toute Grand Pré).

grand pre 3

Le monde se prépare pour le Tintamarre!

Il y avait aussi plusieurs conférences tenues sur divers sujets, incluant les Acadiens du nord, du sud et la relation entre les Acadiens et les Mi’kmaq et bien plus d’autres discussions intéressantes. Celles-ci ont enseigné le monde qui ne sont pas de ses cultures et ont donné une nouvelle vision pour les unes qui le sont. Le reste du champ de Grand Pré était remplie de teepees! Celle-ci contenait plusieurs démonstrations autochtones comme un feu sacré, la construction d’un wigwam, les ornements en piquant de porc-épic, les médecins traditionnelles et des contes.

P1050615.JPG

Le marché multiculturel est rempli de visiteurs!

Avec  des pows-wows, des grands spectacles et deux nuits de feux d’artifice, il y avait assez de fêtes pour tout le monde. Mais en plus d’une célébration, ce festival était un temps pour penser et parler de comment on peut s’entre aider. Tout le monde espère que cette rencontre amènerait avec elle une amitié plus forte entre les deux cultures.